bank

Épargne-pension: une poire pour la soif fiscalement intéressante

Le 07/08/18
  • Epargner
  • Budget
  • Financial Expertise

Vous vous souciez sans doute de votre pension comme d’une guigne. Et pourtant, mieux vaut y penser dès à présent si vous voulez conserver plus tard un certain niveau de vie. De plus, un plan d’épargne-pension peut vous procurer un avantage fiscal non négligeable. Il est donc doublement intéressant.

Si vous venez de commencer à travailler, votre situation financière à la fin de votre carrière ne vous empêche certainement pas de dormir. Vous voulez vivre aujourd’hui, et de préférence le plus intensément possible. Vous avez bien raison. Toutefois, vous avez intérêt à épargner dès aujourd’hui pour vos vieux jours. L’argent ainsi mis de côté tombera à pic, que ce soit pour donner un coup de pouce à vos enfants, faire un voyage autour du monde (n’attendez pas trop longtemps, tout de même) ou tout simplement pour vivre plus confortablement et profiter d’un repos bien mérité. Un plan d’épargne-pension peut s’avérer utile: le montant de la pension légale est nettement plus bas que votre salaire.

De quoi parle-t-on?

Comme son nom l’indique, l’épargne-pension est une forme d’épargne à long terme. Elle vous permet de vous constituer une pension complémentaire parallèlement à votre pension légale – qui, en Belgique, s’élève en moyenne à 1 200 euros pour un salarié. Non seulement elle vous procure, dans la plupart des cas, un rendement plus intéressant qu’un livret d’épargne ordinaire, mais elle peut aussi présenter un avantage fiscal.

Avant de souscrire à un tel plan, vous devez savoir qu’il existe deux formes d’épargne-pension: le fonds d’épargne-pension et l’assurance épargne-pension. Dans le premier cas, il n’y a pas de rendement minimum garanti, contrairement au second cas. Votre choix dépendra de votre âge et de votre profil de risque. Sachez par exemple que le fonds d’épargne-pension (une combinaison d’obligations et d’actions) n’est pas sans risque, parce que ni votre capital, ni le rendement ne sont garantis. En revanche, il peut vous procurer à long terme un rendement plus élevé qu’une assurance épargne-pension. Si vous n’avez pas peur du risque et que vous êtes encore assez jeune, un fonds d’épargne-pension sera plus intéressant. Dans le cas contraire, l’assurance épargne-pension sera un meilleur choix. Parlez-en de toute façon avec votre banque (par exemple, chez BNP Paribas Fortis).

En résumé, toute personne âgée de 18 à 65 ans peut conclure un contrat d’épargne-pension à condition qu’il ait une durée d’au moins 10 ans. Le temps qu’il faut pour vous constituer un joli magot.

Combien peut-on mettre de côté?

Le montant des versements donnant droit à une réduction d’impôt est limité annuellement. Pour 2018, le montant maximum standard est de 960 euros. Il procure une réduction d’impôt de 30%, ce qui correspond à 288 euros à déduire de votre prochain décompte fiscal, si vous versez le maximum de 960 euros, naturellement (majoré de la taxe communale). 

Si vous voulez verser un montant plus élevé, vous devez indiquer explicitement que vous optez pour le maximum de 1 230 euros. La réduction d’impôt est un peu plus faible – 25% – mais vous pouvez récupérer 307,50 euros lors de votre prochain décompte fiscal. Attention: vous devez signaler chaque année votre choix à votre banque pour ne pas relever automatiquement du plafond normal. Ce montant change chaque année: vérifiez-le donc bien.

Vous pouvez décider vous-même de verser le montant en une fois ou, par exemple, tous les mois. Il n’y a pas de montant minimum, mais on ne peut pas dépasser le maximum. Précisons encore que vous n’avez droit qu’à une seule sorte de réduction d’impôt: vous optez soit pour une assurance épargne-pension, soit pour un fonds d’épargne-pension. Les deux ne sont donc pas combinables.

Les indépendants ont plusieurs autres possibilités en plus de leur plan d’épargne-pension individuel.

Dernière chose: vous avez tout intérêt à ne pas retirer votre capital avant l’expiration de votre contrat ou avant votre 60e anniversaire. Dans ce cas, votre capital est en effet totalement assujetti à l’impôt des personnes physiques. Si vous attendez plus longtemps, l’imposition correspond à la taxe sur l’épargne à long terme.